• 00.jpg
  • 01.jpg
  • 03.jpg
  • 04.jpg
  • 05.JPG
  • 06.jpg.jpg
  • 07.jpg.jpg
  • 08.jpg.JPG
  • DSCF1054.JPG
Retour Accueil

Patrimoine

Les thermes gallo-romains

Ils ont été découverts lors de la construction de l'école à la fin du siècle dernier. Le père de la Croix en releva le plan en 1887. Leur situation à mi-hauteur de la falaise en facilitait l'organisation. Les eaux des sources étaient dirigées vers une piscine afin d'alimenter les différentes salles. Elles étaient ensuite recueillies dans des bassins puis évacuées suivant la pente du côteau. Seule une magnifique colonne en pierre sculptée à décor de feuilles imbriquées subsiste de l'édifice.

 

                                                          village

 

L'église Saint-Martin

L'église de Queaux est dédiée à Saint-Martin, considéré comme l'évangélisateur de la Gaule. Il fonda le monastère de Ligugé en Poitou avant devenir évêque de Tours en 370. On pénètre dans l'église par un clocher-porche de style roman. Deux cloches provenant des fonderies Guillaume d'Angers y ont été installées en 1866 par la volonté de l'abbé Jean-Baptiste Malapert, curé de Queaux de 1848 à 1879, qui a beaucoup œuvré pour revitaliser la paroisse. Le portail extérieur ogival date du XVème siècle. Son décor très sobre comprend trois arcs en ogives avec deux voussures. La porte intérieure, romane, comporte des chapiteaux à corbeille haute ainsi qu'un arc sculpté en plein cintre sur lequel on distingue un loup courant après un mouton. Fait rare dans la région : de part et d'autre de l'entrée sont disposées des tribunes, autrefois réservées aux hommes, le reste de la nef étant réservé aux femmes et aux enfants. La nef est unique et trapue. Elle a été refaite au XIXème siècle dans un style assez douteux, la fausse voûte étant supportée par des fers ajourés figurant des dents de scie. Sur le mur nord, une porte en plein cintre communiquait avec l'ancien cimetière où se trouvait la croix hosannière, transférée au cimetière actuel dans le haut du bourg.

 

                                                                   Cimetière photo

 

Le château de la Messelière*

Situé à la limite de la commune de Moussac-sur-Vienne, la date de la première construction du château de la Messelière est inconnue. La châtellenie appartint à la famille Faugère à partir de la seconde moitié du XIIIème siècle. Elle fut transmise par alliance vers 1420 à la famille Frotier, toujours propriétaire de nos jours. Château forteresse réputé imprenable jusqu'au début du XVème, il fut cependant attaqué par surprise par Guy de Blom, seigneur de Ressonneau, qui, après s'y être retranché, l'incendia et le détruisit en 1357. Reconstruit vers 1450 par Guy Frotier, le donjon se présente actuellement comme une construction carrée à trois étages, flanquée aux angles par quatre tours rondes courronnée de mâchicoulis.

 

                                                         messelière

 

 Le château de Chamousseau*

Situé à l'intérieur des terres, le château de Ressonneau appartenait également à la famille Frottier dès le milieu du XVème siècle. C'est sans doute Pierre, chevalier de l'Ordre du Roi et gentilhomme ordinaire de la chambre du Duc d'Alençon, qui le fit élever. La construction comprenait un corps de logis défendu par trois tours rondes, dont la plus grosse était percée de canonnières. Aujourd'hui seules subistent une partie du logis et une tour ronde.

 

Le château de Fougeret

Situé sur le bord de la Vienne, le château fut lui aussi propriété des Frottier. Il fut construit au XVIème siècle, vraisemblablement par Briand. Le plan et les détails indiquent que ce château était le cousin de celui de Chamousseau. Plus heureux que ce dernier, il a moins souffert de l'abandon et conserve aujourd'hui son corps de logis et ses trois tours rondes.

 

* Ces châteaux étant privés, les visites ne sont pas possibles